Je suis révélatrice de super-héros !

Zèbres et coccinelles, zebres et coccinelles, zebresetcoccinelles, zebre et coccinelles, zebres et coccinelle

 

Je vous accompagne avec « zèbres et coccinelles ». Ce n’est pas un hasard si j’ai choisi ces deux animaux comme symboles. Le premier représente la fragilité des Êtres, avec ces rayures qui sont « comme les griffures que la vie peut laisser(1) » ; la seconde, qui dispose de très grandes ailes, des ailes qui peuvent la mener loin, et qu’elle protège par de puissants élytres, tels les masques que nous nous fabriquons pour nous protéger nous, êtres sensibles ou hypersensibles dans un monde sans pitié.


Grâce à la psycho-pédagogie positive, je vous accompagne à révéler le super-héros qui est en vous !

 

Caroline DECOURS

 

(1) Selon Jeanne Siaud-Facchin.

 

Caroline Decours, psychopédagogue positive, psychopédagogie positive, Chassieu, Rhône, Est lyonnais

J'ai dû attendre 40 ans pour comprendre qui je suis, pour décider enfin d’être moi et vivre de ce que je désire le plus au monde : aider les autres êtres humains. Mon chemin a été long pour y parvenir, mais tellement riche ! Riche d’apprentissages, de rencontres, d’émotions, de voyages. C’est ce chemin, qui fait aujourd'hui ma force et qui me permet de me présenter à vous.

 

Lorsque je repense à mon enfance, les émotions jaillissent. Me voilà redevenue une enfant de 6 ans, hypersensible, d’une immense empathie, pour qui le malheur des autres et l’injustice est une terrible souffrance. Ces particularités sont encore très vives à mon âge. Je me souviens du CP, où je regardais les autres essayer désespérément de déchiffrer les mots écrits sur le tableau noir. Je m’ennuyais et j’avais le sentiment d’être une spectatrice de ma propre vie.

 

Arrivent mes 10 ans et l’entrée en 6ème dans un collège de ZEP. Toute petite par rapport aux autres, timide, je me faisais bousculer et insulter par les autres élèves. Perdue dans cette jungle, il a fallu me créer une carapace, un masque, des élytres. Les années de 6ème et 5ème sont des moments douloureux. Ce mal être, je l’ai somatisé en développant des crises d’urticaire géante pour lesquelles aucun allergologue n’a réussi à détecter d’allergène. Je sais maintenant que mon corps somatisait les blessures de mon âme, mes angoisses et mes peurs. Ces crises ont disparu au fil des années.

Enfin en 4ème le ciel s’éclaire. Mon professeur de maths m’apprend à apprendre et je m’éclate en apprenant des matières nouvelles telle que le grec. Cette année-là je découvre la géologie et décide de devenir géologue. Je veux pouvoir comprendre et protéger ma planète. Cela devient mon objectif. Je rentre donc au Lycée en sachant exactement ce que je veux. L’époque lycéenne est donc moins tourmentée.  Je poursuis par des études scientifiques, toujours dans le but de devenir géologue. 

 

Un diplôme d’hydrogéologue en poche, j’intègre un bureau d’études en environnement. J’atteins mon but : travailler pour protéger ma planète. Pendant 15 années, je travaille dans ce domaine. Mais mon manque de confiance en moi me fait perdre pied dans ce milieu d’ingénieurs où il faut constamment prouver qu’on est meilleur que les autres. De plus, si ce métier me permet de contribuer à la protection de la planète, il ne répond pas à mon besoin profond d’aider les autres, et de ce fait, il perd tout son sens.

 

A près de 40 ans, j’accepte enfin ma grande sensibilité et je décide de ne plus continuer à « m’abîmer ». Je décide de prendre un virage professionnel et d'accompagner les autres dans leur cheminement vers leur bien-être.

Aujourd'hui, me voilà riche de nouvelles connaissances théoriques et pratiques en pédagogie et psychologie positive, grâce aux enseignements de l’équipe de formateurs de l’école créée par Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, la Fabrique à Bonheurs.

 

Parallèlement à ce cheminement professionnel, j’ai construit une famille. Dès l’instant où j'ai échangé quelques mots avec l'homme qui partage ma vie aujourd'hui, je me suis sentie comprise. Notre vocabulaire était identique, notre vécu et nos rêves étaient si semblables. Nous avions vécu la même vie, l’un dans les montagnes, l’autre dans les îles. Comme les choses sont magiques quand elles semblent évidentes. Très vite nous sommes partis en laissant derrière nous des boulots et un quotidien qui n’avaient pas de sens. Nous sommes partis voyager, notre premier rêve. Puis très vite, nous avons fait un bébé, notre second rêve. Puis un second bébé et un troisième. Une famille quoi : notre troisième rêve !

Ce chemin parcouru a été rempli de joies et de bonheurs, mais aussi de tellement de doutes, d’angoisses, d’incompréhensions. Nos enfants ne semblaient pas fonctionner comme les autres : des terreurs nocturnes qui ne disparaissaient pas au fil des ans, des colères violentes intenses à chaque épreuve difficile, des questionnements incessants, des difficultés d'attention, des peurs profondes et déstabilisantes, des négociations permanentes…. Pendant près de 10 ans, nous avons cherché de l’aide auprès de professionnels tels que des pédiatres, des psychologues, des sophrologues, des hypnotiseurs. Mais sans succès, les angoisses de nos enfants n’étaient pas diminuées.

 

C’est par hasard, suite à notre dernier déménagement, que nous avons rencontré Chloé Persod, psychologue spécialiste des enfants précoces. Grâce à elle, nous avons découvert que nos enfants étaient des petits « zèbres ». Comme le dit Jeanne Siaud-Facchin : ce sont des enfants qui « pensent, fonctionnent, comprennent avec une forme d’intelligence qualitativement différente et surtout une sensibilité extrême, une réactivité émotionnelle souvent débordante, un besoin de lien, d’amours et de sens. » Tout s’est alors éclairci : l’hypersensibilité de nos enfants, liée à leur mode de fonctionnement cognitif et affectif, expliquait leurs comportements, leurs angoisses et leurs questionnements perpétuels. Et puis, à travers le dépistage de nos enfants, nous avons appris qui nous étions nous aussi. Parents de 3 enfants précoces, si semblables à nous même, si proches par leur fragilité de ce que nous sommes et avons toujours été. Nous avons enfin compris que nous étions, nous aussi, 2 zèbres. Car nous naissons et restons « zèbres » toute notre vie, et nous donnons naissances à de petits zèbres…. Bref, dorénavant, nous savons qui nous sommes, nous savons nos faiblesses et nos forces, nous comprenons leur origine. Nous avançons sereinement dans la vie et vivons pleinement chaque instant de notre vie !

 

En conclusion, alors que j’étais mal armée pour affronter la dure réalité de l’entreprise, j’ai réussi à développer de grandes ailes qui me rendent libre de vous porter un petit bout de chemin, afin que vous aussi, vous arriviez à déployer vos ailes….

Voilà pourquoi je souhaite vous accompagner à mon tour sur votre propre chemin de petits ou de grands Êtres chargés d’émotions, pleins d’angoisses et de peurs, mais pleins d’espoir, l’espoir de réussir à vivre le bonheur en couple, en famille comme à l’école.

Caroline Decours, psychopédagogue positive, psychopédagogie positive, Chassieu, Rhône, Est lyonnais